Accueil > Geekeries > Mes débuts dans la vie numérique

Mes débuts dans la vie numérique

Sympa ce petit questionnaire à faire circuler de bloug en bloug. Alors comme j’ai envie d’écrire un peu sur le mien, je m’y colle…

Premier contact avec un PC

Après avoir débuté sur un TO8, acheté un lundi soir d’octobre ou novembre chez Darty au Havre, et payé en partie par ma grand-mère et mes parents, je me souviens qu’à l’époque, j’étais en CE2, et depuis que j’étais gosse je passais parfois mes weekends à dessiner des claviers d’ordinateur sur un papier et à m’inventer des histoires comme les gosses savent le faire. On reconnaît au passage le fils unique. Donc mon premier contact sur un ordinateur, ce fut sur un Thomson TO8. J’avais même dit à mon pôpa que pour l’allumer, c’était derrière l’unité centrale… du haut de mes 7 ou 8 ans. 🙂

En revanche, dès la classe de 3ème et après de longues négociations avec mes parents, j’ai eu la chance de me faire offrir un PC, une bête de course : 486 DX 33 (33 Mhz heing, oui à l’époque on se contentait de peu). 80 Mo de disque dur, 4 Mo de mémoire, livré avec Dos 6.0 et Windows 3.1 livré sur une dizaine de disquettes. Le premier contact a été difficile… j’étais habitué au BASIC du TO8, pas aux interpréteurs de commandes du PC. Donc du coup, pas évident, mais bon, j’ai trouvé rapidement mes repères et l’on s’échangeait les disquettes de jeux avec les amis, mais j’achetais aussi souvent de bons jeux (Day of the Tentacle, Sam et Max, Wolfenstein 3D, …).

Quant à Windows 3.1 (oui, oui, cher lecteur, il y a eu une vie avant Windows 95), je ne savais pas qu’il se lançait en tapant la commande « win.com ». Alors à chaque fois que je voulais utiliser Windows, je mettais la première disquette, le programme d’installation démarrait et au bout de 40 minutes, j’avais Windows qui fonctionnait. Un jour je me suis tout de même décidé à regarder dans un bouquin à la livrairie au Havre (eh oui à l’époque, y’avait pas Internet), et j’ai vu la commande magique : win.com. Depuis je vais beaucoup mieux 🙂

Premiers jeux vidéos

Ma première console de jeux, c’était ce gros machin noir, une console Philips G7200 :

jet27.jpg

Avec écran noir et blanc intégré, s’il vous plaît ! Pratique pour ne pas déranger les parents ceci dit.

Et comble du luxe, la prise péritel permettait, une fois reliée à la TV, de redécouvrir les jeux mais en couleur ! Deux jeux en un, en quelque sorte. J’avais écrit un post il y a quelques mois, vous pouvez le consulter à cette occasion.

Par la suite, j’ai redécouvert en classe de quatrième les jeux vidéo modernes sur Master System II (Alex Kidd in Miracle World, …), puis sur Megadrive, puis sur Super Nes. Super Mario World reste mon préféré, encore aujourd’hui, par la quantité de niveaux et la variété des décors.

Premier contact avec internet et premier mail

Difficile à dire. J’ai eu mon premier modem aux environs de 1994. 28.800 Kbps. La folie à l’époque. L’ADSL ? Le triple play ? C’était de l’utopie. Grace au BBS que je tenais, non seulement j’avais touché un modem US Robotics (photo ci-dessous) neuf moitié prix, mais j’échangeais également beaucoup de messages via le réseau de messagerie Fidonet, qui proposait des passerelles vers Internet, réseau à l’époque largement méconnu du grand public, mais néanmoins assez actif. Donc du coup on peut dire que mon premier email remonte à cette période-là.

Modem US robotics

Mon premier vrai contact avec Internet, remonte quant à lui à un jour d’avril ou mai 1995, lorsque j’ai eu la chance (j’ai eu beaucoup de chance d’une manière générale) d’avoir mon premier abonnement Internet (une centaine de Francs pour 1 ou 2 heures de connexion par an. Oui vous lisez bien). Passée la connexion et le son si caractéristique de la porteuse du modem, le premier chargement de page web, sur une université aux Etats-Unis, procure le sentiment d’être minuscule face à cette interconnexion planétaire, ce qui est assez difficile à comprendre dans une période comme la notre où le moindre clic ou lien hypertexte est un non-événement. Ce jour-là, je chargeais une page qui était sur un serveur aux Etats-Unis, vous vous rendez compte un peu de l’exploit technique !?!!!

Et puis avec les prix du téléphone à l’époque, il fallait prendre garde que la connexion commence en période bleu nuit (après 22h30), sinon c’était la catastrophe lorsque la facture arrivait! Vinrent ensuite les abonnements à Club-Internet, Freesurf (gratuit), puis à l’ADSL Netissimo avec Wanadoo lorsque je suis arrivé sur Paris en 1998.

Bon, il faut signaler que j’avais aussi accès à Internet au Leclerc (toujours au Havre) qui proposait une heure de connexion pour quelques dizaines de francs. Pendant que mes parents faisaient les courses, moi, je surfais (enfin surfer, c’était un bien grand mot). Ensuite au Havre on a eu le cyber-métro ou l’on allait avec quelques potes… on avait aussi accès au net à l’IUT.

Premier site/blog

En 1996, les blogs n’existaient pas encore. En tout cas, pas comme on les connaît aujourd’hui. Et tout ce que proposaient les hébergeurs gratuits de type mygale.org, ou mon fournisseur d’accès de l’époque, Normandy Online, c’était un accès FTP et de l’espace de stockage de quelques Mo (10 Mo à tout casser, sans Mysql ou PHP, ça n’existait pas en 1996 !). Charge à vous de créer vos pages web statiques au bloc-notes ou avec les premiers outils (Microsoft Frontpage, Dreamweaver…).

Donc mon premier site web date de cette période-là. Mon blog quant à lui a commencé en 2002.

Premier dégainage “en ligne” de carte bleue

Alors là, je n’en ai pas la moindre idée. Certainement dans les années 2000.

Check Also

Le Mavic Air au Château de la Roche, Villerest, Loire

Articles similaires

Enedis sucks

OK, donc c’est énorme cette histoire. En septembre, ERDF, Enedis maintenant (il faut croire qu’ils …

Laisser un commentaire